Une vieille dame octogénaire de mon village, à qui le destin avait arraché tous les descendants et la meilleure progéniture, ne laissant qu’un petit-fils défroqué, s’écriait de douleur au cours des obsèques de l’ultime victime.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault